Potosi : Que faire dans cette ville minière chargée d’histoire ?

Vous avez programmé un voyage en Bolivie et vous vous rendez à l’inimitable Salar d’Uyuni ? Alors, il faut que vous passiez par la ville de Potosi qui se trouve juste à côté. Elle est chargée d’histoire et vous montrera un aspect assez délicat du pays entre colonisation et esclavage.

L’histoire de Potosi

Le nom officiel de Potosi est “La villa impérial de Potosi” et c’est la ville la plus haute du monde, située à 4070 mètres d’altitude. Elle se trouve au nord de la Bolivie et elle est construite en-dessous de la montagne “Cerro Rico” (montagne riche) qui culmine à 4900 mètres de haut. C’est une des villes les plus anciennes du monde et durant le 15e siècle, elle était aussi l’une des plus peuplées. Plus qu’une ville métropolitaine d’Europe, plus que Paris, avec presque 160000 habitants.

Potosi
Ville de Potosi avec en arrière-plan Cerro rico

Potosi était très puissante économiquement car c’est ici qu’étaient produit beaucoup de minéraux dans le pays. Surtout un en particulier : l’argent.

Lors de la colonisation, l’Espagne a donc exploité cette ville, ses mines et ses habitants. L’argent de cette royauté pendant le 15e siècle provenait principalement de la ville de Potosi.

Il existe une légende qui dit qu’avec tous les lingots d’argent qui ont été récupérés, il était possible de construire un pont de Potosí jusqu’à Madrid. Vous vous imaginez mieux la quantité de ce précieux matériel qu’il y avait dans les mines ? Environ 30000 tonnes….

Je vous raconte cela car presque tous les bâtiments touristiques sont très liés à l’histoire de Potosi.

Mais je vais aussi vous parler de ce que vous pouvez visiter ici.

“La Casa Nacional de la Moneda”

Potosi
Cour intérieure maison de la monnaie

La maison de la monnaie est sans aucun doute le lieu à visiter ! Cet endroit était très important pendant le 15 ème siècle car toutes les monnaies de l’ensemble des pays d’Amérique du Sud étaient fabriquées ici.

Ce bâtiment est composé de 200 chambres et 5 terrasses internes.

Dans les salles, vous pouvez voir plein de tableaux de l’époque coloniale et une grande collection d’anciennes pièces.

Vous pouvez aussi apercevoir les outils et comment les monnaies étaient fabriquées avant. Des anciennes machines qui sont bien conservées encore de nos jours.

Les machines étaient manipulées manuellement par les hommes, qui étaient vraisemblablement des esclaves exploités par leurs patrons espagnols à l’époque.

Et si vous regardez bien sur le parquet, vous pouvez voir les traces de pieds bien marqués par ces travailleurs.

“La Casa de la Moneda” permet un voyage authentique dans autre époque.

Le coût des tickets est de 3 euros et les horaires d’ouverture sont de mardi jusqu’à samedi, de 09h30 à 19h00 et les dimanches de 09h00 jusqu’à 12h00.

“Cerro rico de Potosi”

Si vous allez dans cette ville, il faut que vous visitiez le centre des minéraux. Comme il existe plein de coopératives minières, il y a des arrangements avec les agences de tourisme pour réaliser une petite visite dans les mines.

Vous y verrez la vie des miniers et les conditions extrêmes de travail. Ils vous expliqueront comment est le quotidien dans les montagnes.

Juste à côté du “Cerro rico”, il existe un petit marché où vous pouvez acheter des souvenirs et des minéraux aussi.

“Convento de Santa Teresa”

C’est un ancien couvent des religieuses. Une construction avec un style espagnol qui conserve beaucoup d’œuvres d’art en liens avec dieu.

C’était le premier couvent construit en Bolivie et selon les légendes, il existe des tunnels et galeries en-dessous, qui sont reliées à l’église de “San Francisco”.

Ces catacombes étaient utilisées pour échanger les informations entre les nonnes et les prêtres mais aussi comme passages pour les prisonniers politiques.

Les familles les plus riches envoyaient leurs filles dans ce lieu et elles y restaient toute leur vie… Sans jamais sortir. Elles sont même enterrées ici, sous le couvent, pour la plupart.

L’église de San Francisco

Cette église fonctionne aussi comme un musée avec une exposition d’images et sculptures des déités (Divinités) indigènes. Elle garde aussi la collection d’arts coloniaux la plus importante de la Bolivie.

San Francisco nous offre un panorama où on peut voir le solitaire paysage de la ville.

Le coût du ticket d’entrée est aussi de 3 euros et l’ouverture est du lundi jusqu’au vendredi de 09h00 à 18h00.

Autres endroits à voir à Potosi

Il existe d’autres petits lieux à visiter

  • La place 10 novembre : Elle se trouve au centre-ville et elle est caractérisée par un monument très particulier, une réplique de la Statue de la liberté ;
  • L’église “San Lorenzo de Carangas” : Autre bâtiment très important de l’époque de la colonisation ;
  • Bains thermaux de Tarapaya : Après votre journée active vous pouvez profiter des thermes. Elles ont des propriétés curatives et cela détend les muscles après les visites.

Se rendre à Potosi

Si vous souhaitez vous rendre à Potosi, je vous conseille de le faire quand vous allez voir le Salar D’Uyuni. Comme cela vous pouvez vous faire un itinéraire bien sympa Uyuni->Potosi->Sucre.

La distance entre le Salar d’Uyuni et Potosi n’est pas énorme mais il faut tout de même environ de 3h de bus pour y arriver. Ces trajets sont énormément réalisés donc vous trouverez facilement votre moyen de transport sur place.

Vous pouvez passer une journée à Potosi et donc partir le lendemain pour la capitale de la Bolivie (La vraie), Sucre. Il faut compter là encore 3 heures ou plus en fonction du trafic et de l’état des routes. Le trajet se fait grâce à des bus un peu spéciaux dont je vous parlerai dans un autre article.

Bref, un itinéraire que je vous recommande vivement.

Pour conclure

Il n’est pas nécessaire prendre 4 ou 5 jours pour visiter Potosi. Je vous recommande d’inclure cette ville lors de votre visite du Salar d’Uyuni.

Mais ce serait dommage de ne pas la visiter. En effet, elle était au 15 ème siècle, une des plus importantes pour l’économie de la Bolivie et de l’Espagne. De plus, elle suscite énormément d’émotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.