Quelle est la capitale de la Bolivie ? La Paz, Sucre ou les deux ?

Dans les livres de géographie ou bien sur quelques articles d’internet, il est rare d’avoir une réponse claire et précise sur le nom de la ville qui fait office de capitale de la Bolivie.

En effet, comme dans d’autres pays tels que l’Afrique du Sud ou bien les Pays-Bas, la véritable capitale de l’Etat fait débat.

Dans le cas de la Bolivie, le doute existe entre deux villes importantes, Sucre et La Paz. Quelle est vraiment la capitale de la Bolivie ? La Paz ou Sucre ? Est-ce les deux? La réponse dans cet article.

Capitale de la Bolivie
Quelle est la capitale de ce beau pays ?

D’une côté La Paz, capitale administrative de la Bolivie

Avec environ 750 000 habitants, la région métropolitaine de la Paz est la plus peuplée du pays. La ville en elle-même, est la troisième plus peuplée après Santa Cruz de la Sierra et El Alto.

C’est ici que siège le gouvernement. La Paz est donc la capitale administrative de l’état plurinational de Bolivie. Lieu où résident les pouvoirs législatifs et exécutifs.

On peut dire aussi que c’est la capitale la plus haute du monde, avec ses 3600 mètres d’altitude (Pas toujours simple pour nos organismes).

De l’autre côté Sucre, capitale constitutionnelle de la Bolivie

Chuquisaca (Autre nom de Sucre) est la capitale historique et constitutionnelle. C’est le siège du pouvoir judiciaire du pays.

Elle compte environ 300 000 habitants. La ville aux 4 noms, était le cœur des révoltes pour mettre fin à la colonisation de l’Espagne et c’est ici où a été signée la déclaration d’indépendance.

Alors, comment savoir quelle ville est vraiment la capitale de la Bolivie ?

La naissance de la Bolivie

Un peu d’histoire, ça ne fait jamais de mal !

La Bolivie est devenue indépendante le 6 août 1825. 39 députés qui étaient dans la salle de “La Maison de la liberté” ont alors proclamé Sucre comme capitale du pays. Et avec le libérateur Simón Bolivar, il a été décidé cette ville abriterait donc les pouvoirs de l’Etat.

“Ley radicatoria”

La loi “Ley radicatoria”, approuvée le 31 octobre 1898, apparaissait comme un moyen définitif d’établir Sucre comme la capitale de Bolivie en demandant à ce que le gouvernement et le pouvoir exécutif restent dans cette ville.

Mais cela a créé un mécontentement de la part des élites de la Paz, qui considéraient cela comme une attaque.

De plus, La Paz était à l’époque considérée comme la ville la plus importante de Bolivie. Les minéraux y étaient produits et souvent, la ville était le siège de plusieurs gouvernements.

La “guerre” entre Sucre et La Paz pour être la dernière capitale

Tout ce contexte a conduit à la guerre civile bolivienne. Entre les “Paceños” (Nom donné aux habitants de La Paz) et les “Chuquisaqueños” (Nom donné aux habitants de Sucre). Avec le seul objectif de savoir qui avait raison et où la Capitale devait être établie.

Le président de l’époque avait alors décidé de séparer les pouvoirs. La Paz devint donc le siège du gouvernement avec les pouvoirs législatifs.

Quelle est vraiment la capitale de la Bolivie ?

Je vous dois une réponse précise. Voici donc ce qu’il faut retenir.

En Bolivie, on peut dire donc qu’il existe deux capitales même si aucune d’entres elles n’est le centre économique du pays. Dans un autre article, je vous ai mentionné que c’est Santa Cruz de la Sierra qui l’est.

La Bolivie est donc bicéphale avec deux capitales qui ont des fonctions différentes.

Mais pour clore le débat, le nom de la ville qui est inscrite en tant que capitale dans la Constitution de ce pays d’Amérique du Sud, c’est Sucre. Donc si vous avez un examen à ce sujet ou si quelqu’un vous pose la question, vous pouvez répondre Sucre sans vous tromper.

J’espère que vous avez bien aimé cet article un peu différent mais l’histoire d’un pays est toujours importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.