Altitude de la Paz : Pourquoi c’est si dur ? Quelques idées pour y survivre

La Paz est la capitale la plus haute du monde, on ne le répétera jamais assez. C’est magnifique de voir cette ville de tout en haut, dans le téléphérique par exemple, le soir quand tout est éclairé. On passe aussi un très bon moment en s’y promenant sauf que…. L’altitude de la Paz peut jouer des tours à notre corps et notre santé.

Je ne veux surtout pas vous alarmer ou vous faire peur mais il faut être un minimum informé avant de se rendre à la Paz. Sachez qu’on ne passe pas de 0 à 4000 mètres d’altitude sans le ressentir. Pour certains, il ne se passera quasiment rien. Pour d’autres, cela peut-être plus grave. Nous le verrons à la fin de cet article.

Pour le moment, voyons pourquoi cela est si compliqué. Je vous parlerai aussi des remèdes et solutions pour mieux vous sentir si cela pose trop problème.

altitude la pazLa hauteur de la Paz avec la montagne Illimani en fond

L’atterrissage à la Paz

Normalement ce n’est pas dès l’arrivée à l’aéroport international de “El Alto” que vous aurez le plus de symptômes. En effet, ceux-ci apparaissent plutôt entre 6 et 12 heures après l’atterrissage. Il est donc possible de les prévenir un minimum.

Par contre, vous pourrez tout de même ressentir quelques vertiges, un essoufflement et un cœur plus rapide que d’habitude. Rien de bien méchant et tant mieux (C’est ce que j’ai ressenti).

Il parait que certaines personne doivent avoir de l’oxygène très rapidement mais je ne l’ai pas vu de mes propres yeux. Alors préparez-vous à tout. Mais sachez qu’en général, il n’y a pas de complication trop grave.

Pourquoi est-ce difficile en altitude à la Paz ?

La Paz se situe entre 3200 et 4000 mètres d’altitude. Soit environ 3200 mètres de plus que ce que nous connaissons pour la plupart d’entre nous. La montagne Illimani, connue des alpinistes, s’élève même a plus de 6000 mètres de haut.

Cela peut parfois faire un choc à nos organismes et provoquer chez nous certains symptômes. On appelle ça “le mal des montagnes”.

A partir de 2000 mètres de haut, 14 % des personnes sont touchées. Plus on monte, plus ce pourcentage augmente et plus la gravité des symptômes peut-être importante.

Ce mal des montagnes est simplement dû au fait que notre corps capte moins d’oxygène. A la Paz, on évalue la diminution d’oxygène à un tiers pour un même volume. Ce mal peut durer les 4 premiers jours après l’arrivée, après vous êtes normalement tranquille. Mais il faut bien plus de temps pour retrouver toutes ses capacités physiques.

Tout le monde peut donc être touché mais certains ne ressentent quasiment rien. Par contre, si vous avez des problèmes respiratoires connus ou que vous êtes en surpoids, cela peut aggraver aussi la situation.

Les risques du mal des montagnes

Les premiers symptômes sont bénins comme :

  • Maux de tête ;
  • Nausées/vomissements ;
  • Fatigue ;
  • Nervosité ;
  • Augmentation de la pression artérielle ;
  • Troubles su sommeil ;
  • Faiblesse et essoufflement.

Malheureusement, ces signes peuvent parfois devenir un vrai problème. Certaines personnes ne peuvent pas s’y faire et doivent redescendre car la douleur est trop importante.

De plus, il peut y avoir des complications encore plus graves. L’œdème pulmonaire et l’œdème cérébral.

Pour le premier, du liquide d’installe dans les poumons ce qui empêche une respiration normale. Cela peut aller dans de rares cas jusqu’au coma si rien n’est fait.

Pour le second, c’est tout aussi grave. Il peut y avoir un gonflement du cerveau avec des troubles neurologiques. La mort peut parfois être l’issue.

Mais, ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’une minorité et il existe des solutions pour mieux supporter l’altitude de la Paz.

Les remèdes contre l’altitude de la Paz

Premièrement, le plus important est de ne pas faire d’effort pour ne pas gaspiller votre oxygène. Les premiers jours, marchez lentement, essayez de dormir, mangez par petites quantités mais ne vous excitez pas !

Vous pouvez bien sûr prendre du paracétamol si vous avez mal à la tête. J’avais tellement peur que cela m’arrive que j’en prenais systématiquement matin, midi et soir, en prévention. Je n’ai quasiment rien senti et c’est plutôt un bon point.

Il y a aussi le remède local qui est la feuille de coca. Interdite en France (Détournement pour faire de la cocaïne), elle est très utilisée en Bolivie pour ses nombreuses vertus. Vous pouvez en mâcher directement et avaler le jus. Mais ce n’est pas très bon. Autre solution, une infusion dans de l’eau chaude et un peu de sucre, ça passe très bien. Cela permet de diminuer la tension et d’atténuer les maux de tête. En général ce sont les deux symptômes courants et cela fonctionne hyper bien.

Feuilles de coca, altitude la Paz
Feuilles de coca pour calmer le mal des montagnes en altitude

Il existe aussi un médicament que vous pouvez prendre, qui s’appelle le Diamox, et qui favorise l’élimination des liquides car c’est un diurétique. Il est conseillé de le tester avant le voyage pour voir sa tolérance. Vous pouvez ensuite le prendre en préventif ou en curatif. Consultez votre médecin à ce sujet.

Enfin, la dernière solution si vous ne vous sentez vraiment pas bien, c’est de redescendre. Soit en voiture ou bus si vous vous sentez capable, soit par avion ou hélicoptère pour aller plus vite.

Prévention du mal des montagnes

La meilleure prévention est de monter progressivement et donc de ne pas arriver directement à la Paz. Si vous montez doucement en altitude, votre corps aura le temps de s’habituer. Je sais que parfois, on a des contraintes budgétaires et de temps, mais on ne rigole pas avec sa santé. Et s’il vous arrive quelque chose, le voyage sera gâché. Alors prenez le temps.

Ou au moins, si vous sentez que c’est trop compliqué, redescendez rapidement et visiter d’autres endroits en Bolivie comme Santa Cruz par exemple.

Pour conclure sur l’altitude de la Paz

Pour vous parler de mon expérience et vous donner du baume au cœur, je n’ai pas eu de gros symptômes à cause de l’altitude de la Paz.

Mon plus gros soucis a été que pendant 14 jours, j’étais essoufflé en permanence. La moindre marche, le petit escalier, soulever quelque chose… Tout était horrible. Et comme il n’y a que des montées et des descentes… J’avoue que je n’ai pas été courageux et j’ai pris beaucoup de taxi ou le téléphérique (Même si dans les stations il faut monter des dizaines de marches parfois). De plus, le cœur qui bat à 120 battements par minute au lieu de 60 en France, cela ne me rassurait pas.

Comme moi tout peut aller bien ou presque mais parfois il peut y avoir des complications et il faut les connaître pour savoir quoi faire et déceler les signes. Alors, soyez vigilants et racontez-moi vos expériences :).

J’ai trouvé cet article sur une française qui a vécu dans la ville de El Alto pendant un an, c’est très intéressant.

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.